Histoire


histoire de belle-île en mer
Anciennement connue sous le nom de vindillis, Belle-île (en breton Guerveur, la grande île) fut donnée au IXè siècle par les comtes de Cournouaille à l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé qui la garda jusqu'au XVIè siècle.

En 1572, les religieux cèdent leur île au maréchal de Retz, dont le petit neveu la vend à Nicolas Fouquet, grand collectionneur d'îles bretonnes. Celui-ci est assez mal inspiré pour y dresser des fortifications; Louis XIV voit là un prétexte supplémentaire pour arrêter le surintendant de ses finances, qu'il soupçonne de préparer quelques mauvais coup. C'est pourtant le petit fils du condamné, le maréchal de belle-Isle qui hérite du domaine avant de le donner à la couronne en 1719.

L'année suivante, Belle-île est inféodée à la Compagnie des Indes, contre des redevances de 50 000 livres par an. Elle sera ensuite accordée aux fermiers généraux puis à la province de Bretagne (1759).

Souvent assaillie, Belle-île tombe aux mains des Anglzis en 1761, malgré une belle défense de la citadelle du Palais. Les britanniques resteront jusqu'au 10 mai 1763, époque à laquelle la France reprend possession de l'île par le traité de Paris, qui cède l'Acadie (le Canada) à l'Angleterre; 78 familles acadiennes émigrées reçoivent alors des terres à Belle-île et y introduisent les pommes de terre, plusieurs années avant que Parmentier en ait vulgarisé l'usage.

Belle-île a attiré de nombreux écrivains et artistes. Le premier d'entre eux fut le poète Saint-Amant (1594-1661), qui suivit le duc de Retz. Alexandre Dumas père a placé à Belle-île plusieurs scènes du « Vicomte de Bragelonne » et la mort tragique de Porthos, dans une grotte imaginaire de Locmaria. Claude Monet, qui passa deux mois dans lîle, a peint de nombreux aspects de la côte sauvage. D'autres peintres sont passés à Belle-île : notamment Matisse, Derain, Jean Puy...

Avez-vous apprécié cet article, cette page ? Faîtes le nous savoir :